Aide à l’employabilité des jeunes

L’INDH entend, dans le cadre de l’aide à l’employabilité relever les défis de l’employabilité des jeunes, à travers le développement des soft skills et l’aide à l’insertion professionnelle, par la mobilisation des acteurs d’intermédiation professionnelle et des acteurs du marché de l’emploi.

Pour la mise en œuvre, des prestataires de services relevant du tissu associatif, seront sélectionnés sur la base d’un AMI lancé au niveau régional. Le CRDH procédera à la contractualisation par le biais d’une convention régionale déclinée en conventions spécifiques au niveau Préfectoral /Provincial.
Les missions assignées aux prestataires sélectionnés en matière de services d’accompagnement se déclinent comme suit :

1. Étude de marché de l’emploi local

Il s’agit de l’analyse du potentiel local en matière de l’emploi afin de :

  • Identifier les secteurs en croissance et en création d’emplois ;
  • Identifier les partenaires employeurs potentiels ;
  • Cibler les métiers et postes en forte demande ;
  • Désagréger les compétences techniques et comportementales recherchées.

2. Sensibilisation et ciblage des bénéficiaires

Après étude et identification des besoins du marché d’emploi local, le prestataire procédera à l’organisation de plusieurs actions ciblées d’information et de sensibilisation (Salon d’emploi). Ensuite, il procédera à la mobilisation et au sourcing des jeunes (diplômés ou sans) selon les critères d’éligibilités suivants:

  • Âgés de 18 à 35 ans. Néanmoins le CPDH peut accorder des dérogations ;
  • En recherche active d’emploi ;
  • Résidant dans la Préfecture/Province.

3. Profilage et bilan des compétences

Le profilage et l’établissement du bilan des compétences des jeunes chercheurs d’emploi devraient être menés par des professionnels spécialisés mobilisés par le prestataire. L’objectif est de cerner le plus précisément possible le profil de chaque jeune inscrit :

  • Evaluer ses compétences comportementales et techniques pour apprécier la fiabilité et le réalisme de ses attentes et éventuellement de son projet professionnel ;
  • Evaluer les besoins en accompagnement et appui de chaque jeune et son orientation vers l’une des opportunités existantes dans la préfecture/province.

4. Elaboration du programme de formation en soft skills

L’élaboration des programmes de formation adaptés aux profils des candidats, aux besoins et aux spécificités locales représente une étape déterminante dans le processus d’accompagnement.

Le programme doit comprendre des formations axées sur les besoins du marché du travail au niveau Préfectoral et Provincial, principalement pour bénéficier aux jeunes peu qualifiés.

5. Accompagnement des candidats

A l’issue de la phase d’élaboration des programmes de formation, deux types de parcours peuvent être proposés en fonction du profil des candidats, le parcours de « Formation-Employabilité » et le parcours « Formation-Insertion ».

  •  Formation-Employabilité : consiste à proposer une panoplie de formations en soft skills destinées à renforcer les compétences des jeunes en techniques de recherche d’emploi à travers des ateliers de rédaction de CV et lettre de motivation, des sessions de préparation aux entretiens d’embauche et réseautage.
  • Formation-Insertion : en plus des formations en compétences techniques, comportementales et linguistiques demandées sur le marché du travail, les jeunes chercheurs d’emploi bénéficieront d’une formation dans des métiers en croissance demandés par le marché de l’emploi.

6. Insertion professionnelle des candidats

Les jeunes ayant suivi des formations de type « Formation-Insertion » bénéficieront d’une insertion en emploi formel dans un emploi dans lequel il est déclaré par un organisme employeur affilié à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Aussi, le prestataire est tenu d’assurer le maintien en emploi formel pour les bénéficiaires ayant été insérés.

7. Renforcement des acteurs locaux

Afin de pérenniser l’impact des actions promues par cet axe, des associations locales seront sollicitées à participer au déploiement de la méthodologie d’accompagnement des jeunes chercheurs d’emploi selon des critères préétablis.      A cet effet, les associations répondant aux critères d’expertise et de qualité de gestion seront sélectionnées et leurs représentants seront formés lors de formation de formateurs (Training of Trainers) pour assurer un fort ancrage local, une dissémination des bonnes pratiques avec l’écosystème régional.

8. Modalités de financement

Le mode de financement adopté est « le financement basé sur les résultats ». Ainsi, une partie des financements déboursés aux prestataires dans le cadre de cet axe est liée à la vérification de résultats préétablis, à savoir :

  • Nombre de bénéficiaires des formations en compétences techniques et comportementales ;
  • Nombre de bénéficiaires insérés en emploi formel, c’est-à-dire dans un organisme affilié à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) et étant en mesure d’y déclarer ses salariés;
  • Nombre de bénéficiaires maintenus en emploi formel.

Le paiement sera lié à l’obtention des résultats vérifiés de manière rigoureuse. Les modalités de vérification sont définies plus précisément dans le manuel des procédures.

Création et hébergement Afoulki international / Heberdomaine.com

Tous droits réservés à la Préfecture d'Arrondissements Ain Sebaâ Hay Mohammadi © 2021